mardi 13 avril 2021

La part des Ombres, tome 1




Auteur : Gabriel Katz
Édition : Scrineo
Genre : Fantasy
Pagination : 316 pages
Parution : Octobre 2016
Prix : 20







Résumé : La Goranie était jadis une terre de conquérants, elle n'est plus aujourd'hui qu'un pays occupé, avec à sa tête un roi fantoche. Depuis dix ans, les Traceurs, peuple guerrier descendu des montagnes font régner la discipline, la terreur et la corruption. L'ordre est ainsi maintenu, jusqu'au jour où tout bascule. Un homme qui se fait appeler le Fantôme, se dit revenu d'entre les morts pour libérer le peuple... Mais il a besoin de mercenaires de haut niveau capables d'encadrer et de former les combattants contre les terribles guerriers de la Trace.

Avis : Tout d'abord, je tenais à remercier les éditions Scrineo et Babelio de m'avoir permis de découvrir ce livre dans le cadre de la Masse Critique. Cela fait maintenant dix ans que les terribles Traceurs ont envahi la Goranie, faisant naitre un règne de terreur. Menée par le Fantôme, une rébellion se met en place afin de libérer le pays de l'envahisseur. 

Cela faisait un moment que j'entendais parler de Gabriel Katz. Ses livres ayant globalement de bons avis, j'avais hâte de les découvrir à mon tour. Je suis ravie d'avoir découvert l'auteur parce que j'ai bien aimé sa plume même si je m'attendais à un style plus recherché. On ne va pas se mentir, l'auteur commence fort, car le premier chapitre est à vomir ! Je l'ai terminé en ayant des hauts le cœur tellement ce qui s'y déroule est vraiment ignoble. Le monde dépeint par Gabriel Katz est vraiment violent. Il y a des meurtres ignobles, des viols et des femmes traitées comme des objets voire pire. On pourrait penser que ce livre est un roman fantasy Young Adult, mais il n'en est rien. Je trouve qu'il est plus destiné à un public adulte à cause de certaines scènes très violentes (en plus, les personnages sont presque tous des adultes). Vous l'aurez compris, ce livre n'est pas à mettre entre toutes les mains.

J'ai trouvé que ce tome était un peu trop introductif. L'intrigue met du temps à se mettre en place et comme il s'agit d'une duologie, c'est un peu dommage car l'action se condense un peu trop. Malgré tout, j'ai beaucoup aimé l'univers qui réunit tous les classiques du genre avec des complots, des guerres et du suspense. Tout est bien fait, du coup, les pages se tournent toutes seules. Ce qui est le plus intéressant, c'est de voir les enjeux et l'opposition entre la Trace et la Goranie. 

Ce qui m'a gênée, c'est qu'il y a beaucoup trop de points de vue pour vraiment s'attacher aux personnages. Quand sur un livre de 316 pages, il y a une dizaine de points de vue différents, les personnages n'ont pas beaucoup la parole. J'ai eu du mal à m'attacher aux personnages parce qu'au final, on en sait peu sur eux. L'avantage de cette multiplicité de points de vue, c'est de voir l'évolution de l'intrigue à travers les yeux des deux camps qui s'opposent.

En ce qui concerne les personnages eux-mêmes, j'ai beaucoup aimé Kaelyn, qui a tout de l'héroïne badass. Elle sait se battre et ne se laisse pas impressionnée par les hommes. Je suis curieuse de connaître son histoire. Desmeon est un gladiateur qui a du potentiel et semble cacher une lourde histoire. J'ai bien envie de découvrir son secret. Miljena, la princesse a aussi du potentiel, elle peut me surprendre. Inoran est un personnage que j'ai détesté ! Il est abject et crois avoir rarement autant souhaité la mort d'un personnage. Je vous le dis, je veux qu'il meurt dans d'atroces souffrances. Il l'aura bien mérité ! Akhen Mekhnet est un guerrier ultra mystérieux. Que va t-il se passer ? Quel est son but ? 

Pour conclure, La part des Ombres est un bon livre de fantasy avec un univers intéressant bien qu'il ne soit pas à mettre entre toutes les mains parce qu'il est assez violent. J'étais ravie de découvrir la plume de Gabriel Karz. Ce qui est dommage, c'est que ce livre est trop introductif pour une duologie. La multiplicité des points de vue fait que je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages. La fin est vraiment surprenante alors je suis curieuse de lire la suite. 


Ma note : 17/20

mercredi 7 avril 2021

La trilogie du Tearling, tome 1 : Reine de cendres


 


Titre VO : The queen of Tearling

Auteur : Erika Johansen
Édition : Le livre de Poche
Genre : Fantasy
Pagination : 601 pages
Parution : Octobre 2017
Prix : 8,90






Résumé : Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l'escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling. Kelsea ne s'est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu'elle découvre vont la pousser à commettre un acte d'une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente.
La quête de Kelsea pour sauver son royaume et aller vers son destin ne fait que commencer. Long périple semé d'embûches, empli de bruit et de fureur, de trahisons et de combats farouches. Une épreuve du feu, qui forgera sa légende... ou la détruira.

Avis : Etant une grande fan de fantasy, j'ai beaucoup prêté attention aux avis sur la trilogie du Tearling. Grâce à eux, j'ai tout de suite été très tentée. Alors quand j'ai vu la beauté des éditions poche, je n'ai plus hésité une seconde à l'acheter. Alors qu'elle été bébé, Kelsea a dû être adoptée par un couple de paysans après la mort de sa mère, la Reine Elyssa. Depuis que son oncle a pris le contrôle du royaume, la vie de la princesse est en danger. Le jour de ses 19 ans, Kelsea doit entreprendre un long périple semé d'embuches afin de reconquérir son trône. 

A travers Reine de cendres, Erika Johansen met en place un univers sombre, riche où les secrets sont légions. Le Tearling est loin d'être un pays sûr, surtout pour Kelsea dont la tête est mise à prix. Globalement, il ne fait pas bon vivre dans ce monde, mais c'est cela qui fait tout l'attrait du livre. Les secrets étant nombreux, beaucoup de questions restent sans réponses. Quel est le secret qui entoure le père de Kelsea ? Quels sont ceux de la Reine Rouge ? Tant de questions qui donnent envie de lire toujours plus de pages. 

Dans ce livre, il y a beaucoup de références à notre monde avec notamment les Frères Grimm, Harry Potter, le Seigneur des anneaux, les ebooks, les ordinateurs ou encore à des peuples tels que les britanniques et les américains. J'avoue que de telles références m'ont parues étranges dans un univers de fantasy. Du coup, j'ai eu un peu de mal à situer le genre, même le monde dans lequel évoluent les personnages est clairement fantasy. Les débuts de chapitres perdent encore un peu plus les lecteurs, car c'est un texte historique qui nous raconte l'histoire du Tearling. J'ai adoré ces textes, mais ils m'ont aussi un peu perdue par moment parce qu'ils parlent du passé tout en évoquant le futur. Petit bonus, il y a une carte de l'univers, ce qui fut fort pratique lors de ma lecture. En revanche, il faut savoir que dans ce livre, nous sommes amenés à lire des passages difficiles sur la traite des esclaves et la pédophilie. 

Kelsea, notre héroïne est un personnage fort, courageux, qui n'a pas peur de défendre ses valeurs. Pour cela, elle n'hésite pas à tenir tête à des personnes plus expérimentées qu'elle. Malgré son jeune âge, elle est assez charismatique pour imposer le respect et ses idées. En plus d'être jeune, Kelsea est une femme... Il est donc en plus difficile pour elle de s'imposer dans un monde mené exclusivement par des hommes. En découvrant Kelsea, je me suis dis que j'avais plus envie d'être comme elle, une femme qui fait bouger les choses et qui s'affirme. Elle peut devenir l'un de mes nouveaux personnages favoris. Les autres personnages sont attachants également. Massue, le garde de Kelsea est énigmatique, Pen, un autre des gardes, est un des personnages les plus humains de l'histoire. Franchement, une petite touche d'humanité dans ce livre n'est pas de trop. La Reine Rouge est un antagoniste qu'il faut encore découvrir puisqu'elle cache de lourds secrets. En tout cas, avec ce que j'ai découvert dans ce premier tome, je peux affirmer sans réserve que cette femme est une grosse psychopathe. 

Pour conclure, Reine de cendres est un livre avec un univers sombre, remplit de secrets. Il m'a été impossible de lâcher ce livre qui a réussi à voler mon sommeil. J'ai vraiment été prise par l'histoire et j'ai pris plaisir à suivre les personnages. J'ai tout particulièrement apprécié Kelsea qui est une femme vraiment charismatique. Certains personnages m'ont fait frissonner tant ils sont durs et criant de réalité. J'ai hâte de lire la suite afin de retrouver les personnages, mais aussi d'obtenir quelques réponses aux questions que je me pose. 


Ma note : 19/20

"Pourquoi s'appesantir sur le passé, madame ? Vous avez le pouvoir de faire votre propre avenir." Massue

"La mémoire est infiniment plus acérée que les épées ; c'était là une vérité des dieux." 

"Nous ne choisissons pas toujours, Majesté. Et une fois que le mal est fait, nous essayons de nous en sortir de notre mieux." Andalie 

jeudi 1 avril 2021

Bilan du mois de mars 2021


Coucou tout le monde,


Nous nous retrouvons aujourd'hui pour le bilan du mois de mars.  Comme je travaille dans un musée et qu'il est actuellement fermé, en ma qualité de fonctionnaire, j'ai été réquisitionné par mon employeur (la mairie) afin d'aider au centre de vaccination de ma ville. Depuis la mi-janvier, je suis donc en partie secrétaire médicale. En vrai, les papis et mamies sont vraiment très gentils et compréhensifs, mais les annonces de Macron de ce soir me font bien rire. Pour être dans le monde de la vaccination, ce qu'il dit sur les étapes vaccination est totalement utopique... Mon centre vaccination est le plus grand de Savoie et actuellement, on vaccine 250 personnes par jour. Jusqu'à la fin mai, notre agenda est complet et nous vaccinons uniquement des personnes de plus de 70 ans... Suite à l'annonce du Président, je me dis que ses ambitions sont vraiment irréalistes actuellement. Vous l'aurez compris, mon mood positif a disparu 😅 

Côté lecture, mon rythme a enclenché le mode croisière. Je lis invariablement le même nombre de livres tous les mois depuis le début de l'année. Il n'est pas très élevé, mais constant donc c'est déjà ça. En mars, nous avons lu 4 livres. En tout, avec ces 4 livres, nous avons lu 1 404 pages. Passons en revue nos lectures du mois :



Point film


Tout d'abord, je voulais vous faire un petit point film. En mars, j'ai regardé pas mal de Marvel et notamment plusieurs Thor. Au final, je pense que Thor est vraiment l'univers Marvel que je préfère. Déjà parce que Thor est mon Avengers préféré (et pas uniquement à cause Chris Hemsworth) et aussi parce que j'aime beaucoup Loki ainsi que l'univers qui réécrit la mythologie nordique. Du coup, je pense que je vais me lancer dans Wanda Vision et Falcon et le Soldat de l'hiver. Est-ce que vous avez vu ces séries ? Quand ce sera fait, je pense que je vais regarder les Marvel dans l'ordre chronologique de l'histoire. C'est un gros chantier qui me fait peur 😅



Côté lecture... Aurélie 



Pour commencer le mois de mars, j'ai lu L'enfant Pan d'Arnaud Druelle que j'ai reçu de la part des éditions Gulf Stream. Peter est un jeune orphelin qui arrive à L'oiseau blanc, un institut de la seconde chance. Le jour où tout va mal pour lui, Peter s'enfuit au Pays-de-Nul-Part où il va vivre de folles aventures aux côté du mystérieux Pan. 

Se livre fait office de préquel à l'histoire de Peter Pan. J'ai vraiment adoré découvrir comment Peter est devenu Pan, mais aussi les origines du Pays-de-Nul-Part (ou Pays Imaginaire). Ce qui est dommage, c'est que j'ai trouvé que certains points manquent d'approfondissements. Si cela vous intéresse, je vous laisse lire ma chronique


Pour continuer le mois, j'ai lu Les livres de la Terre Fracturée, tome 2 : La porte de cristal de N.K. Jemisin en LC avec un groupe de lecture de fantasy sur Instagram. Essun a été adoptée par la Com de Castrima où réside Albâtre son mentor. Ce dernier doit lui enseigner comment ouvrir la porte de Cristal et ainsi arrêter la saison qui détruit le monde. 

J'ai lu le tome 1 en janvier et j'avais vraiment eu du mal à tout comprendre tant l'univers est complexe. Avec ce tome 2, je n'ai pas été perdue, j'ai réussi à rentrer dedans sans difficultés. Au final, j'ai beaucoup aimé ! Comme je le disais, l'univers est complexe, mais vraiment captivant. Par contre, les âmes sensibles doivent s'abstenir parce que certaines scènes sont un peu violentes. 

Pour terminer le mois, j'ai lu le tome 2 de Phobos de Victor Dixen. Léonor et les autres prétendants doivent faire un choix. Aller sur Mars et se retrouver à la merci de l'impitoyable Serena McBee ou alors, retourner sur Terre à bord du Cupido et affronter une mort certaine. Quel choix crucial, les prétendants vont-ils faire ?

J'avais eu du mal avec le tome 1 parce que j'avais trouvé qu'il ne se passait presque rien. En revanche, j'ai adoré ce second tome. L'intrigue est haletante, il y a beaucoup de suspense et d'actions. J'ai bien aimé découvrir les pionniers sur Mars tout en suivant Serena, Andrew et Harmony sur Terre. Heureusement que j'ai laissé sa chance à ce livre. 



Laure




Mars ne fut pas un livre terrible en terme de lecture puisque je n'ai lu que L'étranger d'Albert Camus. Non seulement je n'ai lu qu'un livre, mais en plus, ce n'était pas la lecture du siècle. Je me suis ennuyée pendant ma lecture. 


Just One



Un coup de cœur : /

Un univers : L'univers complexe, mais très riche et original des Livres de la Terre Fracturée

Un personnage : Léonor (Phobos) et Essun (Terre Fracturée) parce que ce sont des battantes ayant beaucoup de courage.

Un couple : Léonor et Marcus (Phobos) 

Une histoire : L'histoire touchante de Peter (L'enfant Pan)

Une déception :  /

Une émotion : La peur 😨

Un futur époux :  Marcus (Phobos)



Book haul


Pour rester sur ma lancée de février, mon book haul de mars est encore une fois très raisonnable. Trois livres sont arrivés dans ma PAL, mais figurez-vous que je n'en ai acheté qu'un seul et en plus, pour une LC donc il n'a pas traîné dans ma PAL. Les deux autres m'ont été envoyé en SP par Gulf Stream et Babelio. Pourvu que ça dure parce que mes bibliothèques sont plus que saturées 😅


 
 



1. Arnaud Druelle, L'enfant Pan, Gulf Stream, 2021. 
2. N.K. Jemisin, Les livres de la Terre fracturée, tome 2 : La porte de cristal, J'ai lu, 2019.
3. Gabriel Katz, La part des ombres, tome 1, Scrineo, 2016.


Sur le blog


En tout, en mars, nous avons publié 5 articles dont voici le récapitulatif :


Nos réseaux : 


N'oubliez pas, le blog est aussi sur : 




Nous vous souhaitons un bon mois d'avril :)

vendredi 26 mars 2021

Le Hobbit : du livre au film


Hello, 


Depuis que j'ai découverts les films basés sur l'univers de Tolkien, je suis tombée amoureuse de ce monde ainsi que de ses personnages. J'ai donc commencé à lire l'œuvre de Tolkien afin de connaître encore mieux la Terre du Milieu. C'est pourquoi aujourd'hui, j'inaugure un nouveau genre d'article sur le blog : "Du livre au film". J'ai lu Le Hobbit, alors je trouvais sympa de vous donner mes impressions sur l'adaptation du livre en films.




Résumé du livre : Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible qui n'aime pas être dérangé quand il est à table. Mais un jour, sa tranquillité est troublée par la venue d'un magicien nommé Gandalf, et de treize nains barbus qui n'ont qu'une idée en tête : récupérer le trésor de leurs ancêtres, volé par Smaug le dragon sur la Montagne Solitaire. Suite à un malentendu, Bilbo se retrouve malgré lui entraîné dans cette périlleuse expédition.


La bande annonce du film afin de vous permettre de faire un  comparatif


Avis : J'ai commencé par regarder les films avant de lire le livre. Quand j'ai terminé le livre, je me suis dis que faire cette petite comparaison du livre au film ça pourrait être sympa.



Je ne vais pas vous mentir plus longtemps, mais au final, les films n'ont pas grand chose à voir avec le livre, si ce n'est sur la trame de fond (en même temps, quand on adapte un seul livre de 400 pages en près de 9h de film, ce n'est pas déconnant de prendre le large). Les événements de base sont là, mais remasterisés et beaucoup de scènes ont été ajoutées. Ce qui est bien dans les films, c'est que les scènes que vivent nos héros sont plus détaillées. L'action prend plus son temps, il y a moins une impression de vitesse. Dans le livre, nous ne voyons pas la bataille finale ou du moins très peu, mais grâce aux films, nous avons le droit à une grande bataille, épique à souhait, à la hauteur des aventures qu'ont vécu Thorin & Compagnie. Grâce à ces modifications, j'ai trouvé l'histoire plus immersive. Globalement, les films sont beaucoup plus sombres que le livre, qui est destiné à des enfants. Ces derniers visent plus les fans de l'univers, soit un public adulte.


Ce qui est dommage, c'est que parfois ces ajouts sont totalement inventés ou encore tirés d'autres livres de Tolkien. C'est le cas des scènes avec Azog. Dans le livre, ce personnage est uniquement évoqué alors que dans les films, il devient l'antagoniste principal. Du coup, sa présence constante change énormément de points de l'intrigue. Dans les films, nous suivons également Gandalf, menant une enquête sur de sombres événements survenant à Dol Guldur, l'ancienne forteresse de Sauron. Dans le livre, ces scènes avec Gandalf sont inexistantes. L'auteur nous dit juste que Gandalf doit s'absenter, mais on ne sait pas ce qu'il part faire. Les scènes ajoutées pour le film, sont tirées d'autres livres de Tolkien, puisque certaines scènes sont notamment évoquées dans Le Seigneur des anneaux. Je comprends totalement la nécessité d'ajouter ces scènes qui rendent le récit plus épique et le complète. D'un côté, ces changements modifient tout de même grandement l'histoire, surtout les scènes avec Azog. 


Même si j'ai adoré retrouver Legolas et découvrir Tauriel, il faut avouer que sur certains points, c'est dommage qu'ils aient été ajoutés à l'histoire. Dans le livre, les nains se rendent dans la Forêt Noire, le royaume des elfes sylvestres, le peuple de Legolas. Leur route aurait tout à fait pu croiser celle de l'elfe, mais Tolkien en a décidé autrement. Tauriel, quant à elle est un personnage créé uniquement pour les films Le Hobbit. Elle n'est pas issue de l'univers de Tolkien. Au final, les scènes avec les deux elfes ne servent pas l'histoire. J'ai l'impression qu'elles permettent la mise en place d'un fan service avec l'apparition de Legolas et d'ajouter une romance un peu improbable. Personnellement, les apparitions des deux elfes ainsi que la romance ne m'ont pas vraiment dérangée (un peu chiffonnée oui), mais je comprends totalement le point de vue négatif que certains ont de ces ajouts. 



Ce qui est bien avec les films, c'est que je me suis plus attachée aux personnages. J'ai trouvé qu'ils étaient plus creusés et notamment les nains. Même si j'ai adoré tous les nains, j'ai eu une préférence pour Thorin, Kili, Fili et Balin. Contrairement au livre, dans les films, chaque nains a sa personnalité et nous apprenons à tous les connaître. Ils allient à la fois humour et sérieux, ce que j'ai beaucoup aimé. En revanche, Bilbon, notre héros est fidèle à lui même. C'est un personnage courageux, un monsieur tout le monde qui accompli de grandes choses tout comme dans le livre. 


Smaug le dragon est vraiment bien fait dans le film et les scènes avec le dragon sont vraiment spectaculaires. Dans les films, nous découvrons également plus Thranduil, le roi des elfes et Bard, qui sont deux personnages importants, mais assez survolés dans le livre. J'ai bien aimé ces deux personnages, Bard pour sa générosité et Thranduil qui est très intimidant.


Interlude musical 


Ce que j'adore dans les films, c'est la B.O ! J'adore les chansons que j'écoute en boucle depuis des mois.
Les chansons ou la bande son me transportent à chaque fois dans l'univers. J'ai beau l'avoir écouté de nombreuses fois, Misty Mountains me donne toujours des frissons. Ces chansons vont très bien avec les décors qui sont magnifiques tout comme les images.
 


 

Pour conclure, les films Le Hobbit permettent de s'immerger pleinement dans l'univers de Tolkien et de vivre à fond certaines scènes. Grâce aux films, les personnages sont plus travaillés et d'autant plus attachants. Je déplore toutefois les trop grandes libertés prises par les scénaristes parce que tous les ajouts qu'ils ont faits changent énormément l'intrigue de base si bien que sur certains points, l'histoire est totalement différente. Ces problèmes scénaristiques viennent du fait que trois films pour adapter un livre de 400 pages, c'est beaucoup trop. Malgré tout, j'ai quand même beaucoup aimé, même si je comprends parfaitement tous les avis négatifs qu'il y a autour des films. Pour pleinement apprécier Le Hobbit sur grand écran, il faut arriver à se détacher du livre. 




A voir aussi dans le même univers


vendredi 19 mars 2021

L'enfant Pan

 




Auteur : Arnaud Druelle
Édition : Gulf Stream
Genre : Jeunesse, Fantastique
Pagination : 230 pages
Parution : Mars 2021
Prix : 16







Résumé : Londres, 1881. Après son passage devant le juge, le jeune Peter Hawkson est placé à L'Oiseau Blanc, école privée pour garçons. Malgré toute la bonne volonté du directeur, Peter ne se sent pas à sa place. Injustement accusé d'avoir incendié l'infirmerie, il décide de fuir. Deux étranges petites fées surgissent et le convainquent de rejoindre un mystérieux Egon au Pays-de-Nulle-Part. Sur cette île, tout est possible : avec son nouvel ami, Peter apprend à voler grâce à de la poussière d'étoile, nage avec des néréides dans des lagunes turquoise et sillonne la montagne à dos de centaure. Pourtant, l'équilibre de ce monde merveilleux ne tient qu'à un fil... que le terrible capitaine du Jolly Roger n'hésitera pas à trancher de son sabre. Le pirate n'a qu'une obsession : faire couler le sang du Pan.

Avis : Tout d'abord, merci aux éditions Gulf Stream pour l'envoi de ce livre. Je suis une grande fan de réécritures de contes pourtant, j'en ai peu lu sur le conte de Peter Pan. Alors, j'étais ravie de pouvoir découvrir cette histoire. Peter Hawkson est un jeune orphelin. Il est placé à L'Oiseau Blanc, un institut qui donne une seconde chance aux enfants de la rue. Le jour où il a des ennuis, deux petites fées l'emmènent au Pays-de-Nulle-Part où il va apprendre à voler aux côtés d'Egon-Pan, un enfant mystérieux, qui a un contentieux avec des pirates.

L'enfant Pan fait un peu office de préquel à l'histoire de Peter Pan et il faut bien avouer qu'il est très bien amené, car ce livre nous permet de comprendre les fondements de l'histoire que nous connaissons. A travers la vie de Peter, Arnaud Druelle a écrit une histoire plus sombre que celle du conte, où les souffrances et la violence sont monnaie courante. J'ai beaucoup aimé découvrir la vie de Peter avant qu'il ne devienne Pan. Peter n'a pas eu une vie facile. Il a vécu des événements horribles, traumatisants, lui prouvant qu'il vit dans un monde où le danger se trouve partout, derrière chaque visage. J'ai compris les raisons qui pousse cet enfant à ne pas vouloir grandir et finalement, c'est logique. En tout cas, j'ai bien aimé Peter qui est un jeune garçon sympa, altruiste et touchant. 

J'ai également bien aimé ses copains tels que Jimmy Jarvis, qui est attachant. Squeeler et sa bande sont les gros bras de l'Oiseau Blanc. Ils passent leur temps à terroriser les autres enfants et ils sont vraiment détestables mais, comme ils sont un lourd passif, je n'ai pas réussi à les détester. Egon fait office de Pan au Pays-de-Nulle-Part, c'est lui qui dirige l'île. Il a beaucoup de potentiel et j'ai trouvé dommage qu'il ne soit pas plus exploité et qu'on ait pas plus d'explications sur la fonction de Pan. J'aurais également aimé découvrir un peu plus les pirates, surtout qu'ils ont une histoire touchante et pleine de potentiel. Ce que j'ai adoré en revanche, c'est de découvrir la création du Capitaine Crochet, ainsi que l'origine de sa rivalité avec Peter. 

En ce qui concerne l'univers, tous les éléments du conte sont présents. Malgré tout, l'auteur arrive s'en éloigner, créant aussi un univers qui lui est propre. Pour moi, c'est le signe qu'il s'agit d'une bonne réécriture. J'ai bien aimé découvrir Le Pays-de-Nulle-Part des origines, et surtout, le découvrir différent du Pays Imaginaire que je connais. Dans le monde d'Arnaud Druelle, il y a des gubbins (un peuple de lutins), un monstre maléfique, des centaures, mais aussi des néréides qui chercheront à vous noyer. J'ai beaucoup aimé ces touches de nouveauté qui apportent une certaine fraicheur à ce monde. Ce qui est dommage, c'est qu'avec tant de nouveautés, l'auteur aurait pu faire quelque chose de plus approfondi. Le livre ne fait que 230 pages et c'est un peu court. J'aurais aimé quelques pages en plus afin de profiter encore plus de l'univers et de la plume sympa de l'auteur, mais aussi afin d'avoir plus de détails sur certains événements ou personnages. 

Pour conclure, L'enfant Pan est un livre que tous les fans de Peter Pan devraient lire. C'est un bon préquel au conte que nous connaissons, qui, en plus de cela nous permet de découvrir les fondements de l'histoire ainsi que la création de Peter Pan. Les personnages sont attachants, mais pas tous assez exploités. Arnaud Druelle arrive à se détacher du conte afin d'apporter sa touche personnelle à l'univers. Néanmoins, il m'a manqué quelques pages afin d'approfondir un peu plus certains points de l'histoire. 


Ma note : 16/20 


Pour terminer, une petite séance musique 😊




En cadeau bonus, le plus canon des Capitaines Crochet 
😍

samedi 13 mars 2021

Le diable met le feu à Notting Hill




Titre VO : Fresh Hell

Auteur : Rachel Johnson
Édition : Le livre de Poche
Genre : Chick-lit
Pagination : 344 pages
Parution : Février 2018
Prix : 7,20





Résumé : Les Fleming sont de retour à Notting Hill ! Après six ans passés à la campagne, Mimi et Ralph retrouvent leur coin hyper branché de Londres, avec ses habitants encore plus riches, plus flashy, plus que jamais en quête de nouvelles conquêtes. Au moment où Mimi cherche à donner un nouveau souffle à sa carrière de journaliste, elle tombe amoureuse de la diabolique Farouche, une artiste hyperconceptuelle qui enflamme le Tout-Londres.

Avis : Le diable vit à Notting Hill est une saga chick-lit sympa qui fait office de petit plaisir coupable estival. Alors c'est avec un peu de nostalgie que je me suis lancée dans le dernier tome de la série. Ralph et Mimi Fleming quittent enfin la campagne anglaise pour revenir vivre à Notting Hill. Mimi tombe sous le charme de Farouche, une artiste en vogue. Sa vie de famille va basculer tout comme sa vie de femme.

Le gros point positif de cette histoire, c'est l'univers. J'ai adoré retrouver l'ambiance anglaise et les potins qui alimentent tout le quartier. J'affectionne énormément ce genre d'ambiance. J'ai bien aimé retrouver les personnages, notamment la famille Fleming et Clare qui sont à la fois drôles et touchants. Ce qui est bien dans ce tome, c'est d'avoir d'autres points de vue que ceux de Mimi et Clare. Dans ce tome, nous avons en plus les points de vue de Ralph et Mirabel, ce qui apporte quelque chose en plus à l'histoire. Dans ce livre, il y a beaucoup de nouveaux personnages, mais ils ne sont pas assez exploités et c'est dommage. A l'heure actuelle, j'ai même du mal à me souvenir d'eux. 

Ce qui est dommage dans ce livre, c'est que l'histoire est rapide si bien qu'il n'y a pas vraiment d'intrigue. La romance présente dans ce livre est un peu trop rapide et pas assez exploitée à mon goût. C'est dommage parce qu'il est rare que je croise une romance F/F dans mes lectures. Pour une fois qu'il y a un peu de diversité, cette romance aurait pu être plus et mieux exploitée. 

Pour conclure, Le diable met le feu à Notting Hill, est un livre qui m'aura fait passer un bon moment même s'il se lit très vite. Je ressors de cette lecture un peu déçue parce qu'il n'y a pas vraiment d'intrigue et la romance est trop peu exploitée. En tout cas, cette saga m'aura accompagnée trois années de suite alors je suis un peu triste de quitter l'univers et les personnages.


Ma note : 15/20


A lire dans le même univers

 
 

lundi 8 mars 2021

Blossom Spring Challenge

 

Hello, 

Après plusieurs années à participer au Spring Flower Challenge, cette année, j'ai changé de challenge afin de me lancer dans le Blossom Spring Challenge créé par Priscila et Gabrielle du blog Le boudoir. Ce challenge se déroule du 1er mars au 31 mai.  


Comment participer ?



Comme vous pouvez le voir, il y a plusieurs façons de valider le challenge qui se compose de 4 menus comptant chacun 3 sous catégories. J'ai voulu mettre un livre dans chaque sous-catégorie. Dans l'idéal j'aimerai valider le challenge avec le titre de Bookworm, mais ça peut-être compliqué donc je pourrai me contenter du titre de Foraging Bee 🐝

Passons en revu les menus et mes futures lectures : 


Menu 1 : Printemps florissant 


La Promenade aux coquelicots 

(Histoire se déroulant au printemps ou un livre à la couverture fleurie)



Le jardin des secrets
(Romances, intrigues familiales, illusions et faux semblants, page turner)


Mauvaises herbes
("mauvais genres" SFFF, policier, graphique)



Menu 2 : Un vent d'air frais


L'envol du papillon 
(Feel good, développement personnel, réflexion, essai)

Je sais que ce n'est pas un feel good, mais je n'en avais pas... J'ai mis une romance à la place.


Over the rainbow
(LGBT, féminisme, handicap)


Collines au crépuscule
(Dernier tome d'une série, livre commencé mais jamais fini, terminer une intégrale)




Menu 3 : Lapin de Pâques


Cupcake café
(Histoire autour de sucreries, gourmandises dans un café, une pâtisserie, un salon de thé)


Chasse aux œufs
(Livre au hasard dans la PAL, conseillé par un proche, dernière trouvaille, premier tome d'une série)



Madeleine de Proust
(Livre jeunesse, relecture)




Menu 4 : Escapade printanière


Au détour de la rivière
(Récit d'aventure, de voyage, histoire se déroulant dans la nature)

 


Rendez-vous en terre inconnue
(Dans un autre pays, essai sur la découverte de nouvelles cultures, auteur étranger)



A bord du Tardis
(Histoire se déroulant à une autre époque)






Bilan du Cold Winter Challenge : Je n'ai pas lu tous les livres que j'avais prévu, mais je ne m'en suis pas trop sortie. Au final, j'ai lu 10/15 livres, mais si on excepte le menu bonus, j'ai lu 9/12 livres. Ce qui au final, n'est pas trop mal ! J'avais bien commencé avec un bon rythme, mais depuis le début de l'année, je lis un peu moins. J'ai remis deux livres que je n'avais pas eu le temps de lire dans ma PAL du Blossom Spring Challenge. 


Vous participez à un challenge de lecture au printemps ?